Première partie du XIX siècle. A Saint-Solen apparition généralisée d’un bâti nouveau.

Saint-Solen

Apparition généralisée d’un bâti nouveau au XIX siècle.

Peut être une image de mur de briques, plein air et arbre

Les actuelles maisons « originelles » de Saint-Solen semblent toutes avoir été réalisées en la première moitié du XIX siècle, entres 1826-1855, la plus ancienne en une cour commune remontant elle en la dite année 1826. Pourquoi cela !

A cette même maison furent juxtaposées ensuite, et cela très rapidement il est vrai, d’autres maisons l’ensemble formant une longue barre rectiligne l’une d’elles ayant été bâtie en 1836. Dans d’autres cours, elles aussi communes, elles aussi ayant « barre rectiligne de bâtis ou maisons jumelées », d’autres maisons elles aussi portent dates s’échelonnant de 1836 à 1840. Ces maisons, donc toutes réalisées en la première moitié du XIX siècle, furent pour certaines probablement édifiées à l’emplacement d’un premier bâti originel puisque les B.M.S. de Saint-Solain, cela dès 1675, attestent ici mêmes en cette petit ville de la présence de toute une multitude d’habitants.

Ainsi, entre 1681 et 1690, soit en 9 années seulement, la commune de Saint-Solain enregistrera en ses B.M.S. pas moins de 55 naissances, 32 mariages et 62 décès. Où est donc passé ici même en ce début du XIX siècle, hormis quelques rares logis encore présents dans certains hameaux formant toujours à cette heure cette ancienne paroisse, tout l’ensemble des maisons premières antérieures à ce même XIX siècle ?

Furent-elles, elles aussi, la proie d’un immense incendie, aujourd’hui oublié de toutes les mémoires, comme le furent les maisons du Mezeray, village de Saint-solen, lequel en la nuit du 20 au 21 avril de l’année 1834 presque entièrement brula ?

Pourquoi qu’en cette première moitié du XIX siècle, alors qu’apparaissait aussi le bourg neuf de Lanvallay, furent édifiées la plupart des actuelles anciennes maisons de Saint-Solen quand les registres des Conseils municipaux de cette commune nous énoncent, pour cette même époque, les plus dures difficultés financières du moment pour la toute jeune mairie ? Ceux-ci ne nous la présentent t’ils pas comme étant en permanence une commune très pauvre et sans aucune ressource ?

Il me semble y avoir ici contradiction entre la dite pauvreté de Saint-Solain, pauvreté tant décrite en les réunions des Conseils municipaux du moment, cela entre 1808 et 1859, et les constructions de ces mêmes maisons toutes édifiées en effet en cette première moitié du XIX siècle. La pauvreté tant décrite en Saint-Solain, en ce même début du XIX siècle, résidait-elle essentielle qu’en les cours de fermes anciennes et séculaires quand une certaine élite sociale de Saint-Solen faisait elle construire pour y habiter moult de neufs logis ? En cette même première partie du XIX siècle Saint-Solen pouvait-elle être à la fois si pauvre et voir sur son propre territoire tant construire ! Un fils de parents laboureurs peinant et pauvres pouvait-il suffisamment s’émanciper de ses père et mère au point d’acquérir assez d’argent pour faire construire en le bourg sa propre maison ? Comme en témoignent certains BMS de Saint-Solen un enfant de simples laboureurs pouvait-il aller à l’école, obtenir diplôme en poche et devenir arpenteur ayant pignon sur rue au point de pouvoir lui aussi faire construire sa propre maison en 1840 ?

Il est vrai que quelques comptes rendus des Conseils municipaux du moment nous apprennent qu’il existait en cette même première moitié du XIX siècle une « certaine élite sociale » ici même présente. Alors comment pouvoir expliquer en ce même début du XIX siècle cette immense fracture sociale existante entre cette nouvelle classe sociale « émergente » et la très grande pauvreté de la commune ?

L’impôts n’y rentrait-il pas assez ?

Cette même élite sociale sera d’ailleurs quelques fois invitée à aider la commune de Saint-Solain et cela via la levée d’imposition exceptionnelle; ainsi fera appelle à elle la jeune mairie de Saint-Solen que cela soit dans ses différents problèmes financiers à un moment donné précis, ou bien celui pour l’entretien des chemins vicinaux ou encore pour la construction d’un bâtiment public. Et ainsi, par exemple, du jour au lendemain sera imposée à Saint-Solen une taxe sur tous les chiens cette même taxe étant multipliée par deux pour tout animal de compagnie et non pas de « fonction »; et ainsi plusieurs fois sera brusquement décider de prélevés quelques centimes par franc possédé quand d’autres fois sera instaurée une taxe sur tous les véhicules à roue.

Cette même élite sociale fut t’elle celle qui fera construire certaines de ces mêmes maisons puisqu’il est vrai que cette première partie du XIX siècle verra sortir de terre moult bourgs nouveaux ainsi que de nombreux chantiers d’intérêt public; et le bourg neuf de Lanvallay en lui même en est la parfaite l’illustration.

Le boum économique ici même à Saint-Solen, en la première moitié du dit XIX siècle, accompagna t’il le propre boum économique du port de Dinan sans pour autant pleinement profiter à sa toute jeune mairie ?

Peut être une image de ciel
Peut être une image de plein air, mur de briques et arbre
%d blogueurs aiment cette page :