Saint-Solain et ses premiers maires.

Aucune description de photo disponible.

1807. Saint-Solain et ses premiers maires.

Les seigneurs Ferron de la Vairie compterons parmi leurs enfants 6 « maires de Saint-Solen », presque une dynastie me direz vous, 6 enfants tous maires de notre ancienne petite paroisse tout au long du XIX siècle, du début à la fin. Ainsi le premier maire fut Louis-René-François Ferron de la Vairie et les trois enfants de celui-ci le seront tous eux aussi, chacun à son tour. Amédée Marie René de Ferron, père de notre nouvelle église, lui le sera à la fin du XIX siècle et Vicomte Alain de Ferron de la Vairie lui le sera de 1912 à 1919.

Le premier acte officiel de la mairie de Saint-Solen, acte enregistré et signé par son maire du moment, date du 14/05/1809 ; est alors maire de Saint-Solen, depuis 1807, Louis-René-François Ferron seigneur de la Vairie en Saint-Solen; nous apprendrons une peu plus tard, dans un autre compte rendu des Conseils municipaux, que celui-ci n’en était pas à son premier mandat...

Lorsque arrive cet acte accompagné de cette signature Louis-René François est déjà la quatrième génération des Ferron seigneur de la vairie installé à la Vairie; il eut en effet pour grands-aïeuls Eustache Ferron et Renée de Lesquen qui s’épouseront en 1649. Amédée Marie René de Ferron époux de Marie Louise Sévère Rouxel de Lescoët, son propre fils, personnellement sera lui à l’origine de la construction de la nouvelle église paroissiale, notre actuelle église ; tous deux depuis déjà fort longtemps décédés possèdent toujours en cette dernière église leur banc hier seigneurial puisque sculpté de leurs propres lettres prérogatives religieuses obligeant.

Lors de son inhumation enregistrée en les MBS de Saint-Solen Renée de Lesquen sera dit en effet « fondatrice et bienfaitrice » de la paroisse ; au regard de ce titre de « fondatrice -bienfaitrice » Renée et son époux seraient tous deux les éventuels concepteurs de l’avant dernière église de la paroisse. Amédée Marie René leur arrière-arrière-petit-fils, alors maire en exercice de Saint-Solen, signera lui-même l’autorisation de la démolition de leur dite église afin de pouvoir en faire construire une nouvelle, beaucoup spacieuse et beaucoup plus fonctionnelle pour recevoir les fidèles de plus en plus nombreux, fidèles de Saint-Solen mais aussi venant de toute une partie du Pays d’Evran. Il est vrai que pour moult d’entre eux l’église de Saint-Solen était beaucoup plus proche de leur domicile que leur propre église tant le pays d’Evran de tout temps fut grand.

Pour les communes de moins de 5 00 habitants la Constitution du 22 frimaire an VIII de la République, ou 13 décembre 1799, revient sur l’élection du maire, ou des agents municipaux; au lendemain de cette date en effet les maires ne seront plus élus au suffrage direct pour 2 ans et rééligibles par les citoyens actifs de la commune mais ils le seront dorénavant pour une durée de 5 années pleines par le préfet et seulement par celui-ci ; il en ira de même pour son adjoint. Les différentes réunions des conseils municipaux étaient alors elles aussi toutes appelées par le préfet lui-même…plus « convocation » que « appel » en vérité puisque toute absence pouvait être l’objet de poursuite en justice.

Le choix d’un maire pouvait donc être assez « élitiste », pour ne pas dire personnel, avec quelques fois certains risques de conflits d’intérêts ; pourtant lorsque Louis-Henry Ferron, fils aisné de Louis-René-François, sera à son tour maire en activité il lui sera demandé, et cela par le Préfet en personne, sa démission lorsqu’il sera nommé Percepteur général. En effet celle-ci sera jugée comme étant en contradiction, ou en conflit d’intérêt, avec son propre rôle de maire. Et seront éligibles il faut le dire aussi que ceux qui paieront un impôt au moins équivalent à dix journées de travail par an. Dans ce principe de fonctionnement chaque Préfet touchait en chaque commune relevant de sa seule autorité une indemnité pour son propre traitement ; sera préfet des Côtes du Nord en 1809 Charles Néel de la Vigne très riche notable de Dinan et sera alors maire de Saint-Solain notre « chevalier » de la Vairie.

Le Chevalier Louis-René-François Ferron de la Vairie, seigneur de la Vairie, celui-ci signant parfois tout simplement « Ferron maire », naît le 25/12/1738 au Chesne-Ferron en Calorguen ; officier au régiment de Normandie, lieutenant pour le Roi au gouvernement de Dinan nommé le 09/12/1779, il prendra pour épouse le 09/04/1771 Henriette Marie Jeanne de Gennes. En la dite année 1809 Louis-René-François Ferron est donc déjà âgé de 71 ans maire de Saint-Solen qu’il était déjà depuis 1807; il est toujours maire de Saint-Solen lors de la séance du 07/02/1813 quand lui-même inscrira sur le registre des réunions du Conseil municipal la levée de « surveillance appliquée » hier par la République à l’encontre de son propre fils aisné, Louis-Henry Ferron lequel hier, émigré sous la Révolution, était alors rentré en ses terres seigneuriale de la Vairie après l’établissement en 1804 de l’Empire. Loouis-Henry à son retour d’exil sera domicilié à saint-Solen en son château familial avec ses père et mère mais aussi avec ses 2 frères, Henry-Malo et Jean-Augustin; ils seront tous trois aussi « maire de Saint-Solain tous trois choisis qu’ils seront par son Excellence le Préfet des Côtes du Nord. Cette levée de « surveillance par la République » sera personnellement prise par le ministre de la Police lui-même et s’acheminera jusqu’à Louis-René-François Ferron via le dit préfet Charles Néel de la Vigne qui personnellement lui transmettra cette décision ministérielle. Âgé de 75 ans, son quinquennat arrivant bientôt à terme, le 20/07/1813 il sera pour la dernière fois le maire de Saint-Solen en un acte par lui signé mais ce jour sera celui de la dernière apposition de sa signature en tant que maire ; son remplacement en effet est déjà organisé dès le 24 octobre 1812 par le Préfet des Côtes du Nord de son état Baron de l’Empire.

Son mandat terminé le Préfet choisi pour lui succéder son propre fils puisné, le chevalier Henry-Malo Ferron « fils »; qcelui-ci prendra pour épouse Madame Thérèse de la Motte-Rouge. Le préfet lui choisira comme adjoint Jean Heuzé tenant hostellerie à Saint-Solain. Le 03/09/1813 lors d’une séance du Conseil la passation sera personnellement réalisée par René-Francois en personne lequel, le temps de cette passation, le temps de quelques minutes encore, se présente toujours comme étant le maire en fonction ; lorsque cette passation sera terminée sitôt son fils dûment installé dans sa nouvelle fonction, sitôt le serment d’allégeance envers la République individuellement prononcés et par Henry-Malo et Jean Heuzé choisi comme adjoint, Henry-Malo signe de son nom : le « chevalier H.Ferron ».

Louis-René-François Ferron sera aussi de son vivant « fabricien financier » responsable de la Fabrique de la paroisse de Saint-Solen et, à ce titre, signera moult feuillets de son registre. Il sera remplacé à ce même poste, lui aussi élu par la Fabrique, par son propre fils aisné, Louis-Henry Ferron, demain lui aussi futur maire après son propre frère puisné le dit « chevalier Henry-Malo Ferron ». Louis-René-François Ferron décédera le 16/05/1817 au château de la Vairie à l’âge honorable de 75 ans…

Les mairies en tant que bâtiment, bâtiment ou maison communale, alors n’existaient pas encore; il faudra en effet attendre la loi du 1833 qui rendra obligatoire l’instruction de tous les enfants mâles pour toutes les communes supérieures à 500 habitants pour voir apparaitre les premières mairies. Les maires alors il est vrai profiteront de la réalisation de leur propre école respective pour ouvrir avec celle-ci leur propre mairie ; les communes plus petites attendront un peu plus longtemps et tel sera le cas pour la jeune commune de Lanvallay, et tel sera encore le cas pour la jeune commune de Saint-Solen.

Un décret impérial du 14/02/1806 fixera la session ordinaire des Conseils municipaux du premier au quinze mai de chaque année ; les réunions annuelles, semestrielles quand il y avait session extraordinaire, était alors en l’absence de toute mairie réalisées bien souvent au sein même des maisons ou logis du maire du moment. Ainsi pour Lanvallay les premières réunions eurent lieu quelquefois soit au Château de Grillemont, chez le sieur seigneur Serizay, soit au château de la Landeboulou chez le sieur de Serville des Maretz. A défaut de ce principe beaucoup de premières réunions des Conseils municipaux se dérouleront soit en des salles ou chambres privées, pour ce faire louées, ou bien en des établissements de boissons, dans des estaminets, des auberges, des beuveries ou tout autre lieu pour certains tenus soit par l’adjoint lui-même soit par l’un des conseillers du Conseil municipal; et tel sera le cas pour Saint-Solen. Il existe de Louis-René-François Ferron de la Vairie un vrai coup de gueule poussé à l’encontre de l’un de ces réunion, réunions parfois très dérangées il est vrai par les voix et les bruits nés au fond des bolets versées, coup de gueule dont malheureusement il manque aujourd’hui un feuillet. Voici celui que nous avons retrouvé : …Mairie de Saint Solain arrondissement des Côtes du Nord. Nous Ferron, maire de la commune de Saint-Solain, sur le réquisitoire de Louis Piel Sergent de la Garde nationale, nommé conjointement avec six fusiliers pour maintenir le bon ordre le Dimanche vingt sept avril mil huit cent neuf dans l’assemblée du jour de Saint Fiacre, nous nous sommes rendu à six heures du soir à la maison communal dont tous les appartements ettoient remplis de buveurs, notamment la Chambre de la Municipalité, j’ay sommé au nom de la loi Jean Heuzé propriétaire de la ditte maison et adjoint de la commune de me céder une table dans la ditte chambre et de faire évacuer lappartement affin de pouvoir librement faire le rapport de lévènement qui venait d’arriver, sa réponse fut que j’avais une table chez moi, je le sommais une seconde fois et alors il est…fin de l’acte originel.

Ci-dessous les signature de ses premiers maires tous nés Ferron de la Vairie :

Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
Aucune description de photo disponible.
%d blogueurs aiment cette page :