L’Origine des seigneurs de Lanvalei. Chapitre n°2 : « La terre de Blagrave et Raoul 1er de Lanvalei ».

Image illustrative de l’article Église de Waltham Abbey
XII siècle; L’Abbaye normande de Waltham. Celle-ci sera sous le roi Henry II est des plus gros propriétaires de Wrangle ; Simon Lebret père de Simon de son vivant sera l’un des plus gros donateurs de cette abbaye qu’il dotera très richement depuis ses terres de Wrangle. Simon sera le beau-frère de Jean de Lanvalei et malgré cette dite « union » spoliera le propre bien de son beau-frère, bien formé par la moitié de la paroisse de la Litle Abington ; Simon en effet offrira aux moines de l’abbaye de Waltham cette même demie-paroisse William II de lanvalei, cousin germain de Jean, lui en possédant l’autre moitié. Cet ce procès et tout son déroulement qui nous permettra aujourd’hui de remonter presque entièrement la généalogie des tous premiers seigneurs de Lanvalei . Cette procédure judiciaire commencera en 1199 pour ce terminer qu’en 1209…

Avant propos : Pourquoi Blagrave et Ludlow aujourd’hui ? Les seigneuries de Ludlow et de Lambourne en ce travail sont toutes deux « totalement » indissociables (Lambourne comprend en effet la dite terre de Blagrave) tout comme ici le sont également les seigneurs de Dinan et de Lanvalei puisque Raoul 1er de Lanvalei fut « vassal » de Josce de Dinan pour ses propres terres assises en la seigneurie de Lambourn ; Josce de Dinan en effet en ce temps là en détenait le chasteau nouveau maître des lieux alors qu’il était au lendemain de la perte de son château de Ludlow. D’ailleurs William II de Lanvalei, neveu du dit Raoul 1er frère de son père, sera un peu plus tard avec son propre frère, Raoul II, propriétaire d’une terre appartenant aussi à Sybille de Dinan fille du dit Josce ici cité celle-ci en possédant la moitié avec Raoul de Beauchamp. Ainsi pour cette même terre tous quatre devaient « taxes » réparties par 1/4. Raoul II et William II de Lanvalei en indivis posséderont en effet à eux deux la « moitié » de la taxe dû quand Sybille de Dinan et Raoul de Beauchamp eux même en posséderont l’autre moitié. Lors de l’enregistrement du décès de Josce de Dinan seront présents aux côtés de ses deux filles héritières et leurs époux « William II de Lanvalei » en personne ( Willelmus Effubli, 1 libratas terrae in hundredo de Westbiria, per j feodum, de quo Radulfus de Bello Campo et Hawis de Dynant faciunt dimidium feodum, et Radulfus de Lanvalei et William de Lanvaley quartam). Souvent en effet tout est lié, souvent en effet tout reste indissociable ne pouvant traiter l’un sans traiter l’autre. Fin de l’avant-propos.

Vue d Ludlow Château de Edward Seago | Reproductions D'œuvres D'art Edward Seago | WahooArt.com
Vue de Ludlow d’Edouard Seago





10 Some of my grandparents ideas | british castles, ludlow castle, ludlow
The Castel of Ludlow.

Blagrave. Cette très ancienne terre seigneuriale baignée par la rivière du même nom, par le Blagrave, terre féodale citée dès 1086, est une terre assise en Eastbury dans la paroisse de Lambourn, en le comté du Berkshire, très proche de Londres et à l’ouest de cette très grande capitale.

Le grand fief seigneurial de Lambourn, manoir et paroisse comprise, fut avant 1155 AUSSI le bien propre de Josselin de Dinan (ou Josce de Dinham, Jeuce de Dinan le propre fils de Geoffroy 1er seigneur de Dinan) seigneur « gouverneur » du castel de Ludlow vers 11450 (celui-ci naît vers 1100 et meurt en 1166 laissant un « acte successoral » et deux enfants héritiers derrière lui ; son manoir de Lambourn seul lui rapportait en rente financière un revenu annuel de 76 livres). Aujourd’hui toujours « paroisse » en Lambourn sont encore les terres de Wike et de Blagavre, toutes deux urbanisées il est vrai, toutes deux en 1164 « fiefs seigneuriaux » de Raoul 1er de Lanvalei ce dernier voyant son propre premier jour vers 1130 ; le « manoir » de Lambourn aujourd’hui n’existe plus.

Le « castel » de Ludlow. Ce château défensif à l’ouest de Birmingham, de toute première importance en les premières heures du 12 siècle, dans sin immensité est toujours présent de nos jours sur l’ancienne grande « marche » du Pays de Galles. A la mort du roi Henry 1er survenue en 1135 une guerre de succession éclate entre Mathilde sa fille, alors seule « héritière légitime » du royaume, et son propre cousin Etienne de Blois « neveu du feu roi » qui se fait « proclamer » roi par ses propres hommes liges. En ces heures troubles et présent en son château de Ludlow « Pain fitzJohn  » va prendre le parti d’Etienne qu’il va fidèlement soutenir jusqu’en 1137 année en laquelle il trouvera la mort tombé dans une embuscade. Pain vingt années auparavant, en 1115, avait pris pour épouse une très riche héritière de la région, Sybille de Lacy, héritière par son parent Roger de Lacy du castel de Ludlow qu’elle apportera ainsi à son mari outre d’autres terres assises dans le Gloucestershire, le Herefordshire et le Worcestershire ; présent en ces terres Josce de Dinham, alors âgé d’environ 35 ans, encore « non » marié, va prendre lui aussi parti pour le nouveau roi fraichement couronné en participant pleinement à ce conflit successoral. Son époux mort avant 1137 Sybille de Lacy va aussitôt depuis les hauts murs de son castel reprendre la lutte laquelle cette fois sera menée contre Etienne lui même ; le castel pris par les gens d’armes d’Etienne celui-ci avant 1148 choisira pour défendre la « marche galloise » depuis les murs de ce château fraichement emparé « Josce de Dinan » en personne .

Lorsque cet épisode intervient dans l’Histoire Geoffroy 1er de Dinan son père, présent en ce pays au lendemain du couronnement d’Henry 1er, est déjà décédé depuis 1123 en ses terres natales de Dinan et sa grande seigneurie de Dinan est désormais divisée en deux, en deux parts égales, en « Dinan-nord » pour Olivier II et « Dinan-sud » pour Alain son puisné. Olivier II semble bel et bien être le seul à prendre possession des fiefs de son père ici même en Angleterre assis ses frères Alain et Rolland de ce bien eux ne recevant rien. La descendance « anglaise » d’Olivier II au travers « d’Olivier III frère de Geoffroy II », ses deux enfants héritiers, fera aussitôt souche ici même au travers des 2 manoirs de Nutwel et de Hartford hier offerts au Grand monastère de Tours par Geoffroy 1er lui même, en 1122, peu avant de mourir (les manoirs de Nutwel écrit aussi Notwell ou Notuella, et celui Harford écrit aussi Harpford ou encore de Helpefort, étaient tous deux situés en le Devon, beaucoup plus au sud, presque tout en bas au « sud-ouest », distancés à peu près de 180 km de celui de Ludlow. Offerts tous deux en effet à Marmoutier avant 1123, année de la mort de Geoffroy 1er de Dinan, ils seront tous deux reçus par Olivier II fils du même Geoffroy 1er de Dinan. Par droit d’hérédités ces 2 manoirs seront ensuite et ensemble reçus par les deux enfants héritiers du dit Olivier II à savoir Olivier III et son frère Geoffroy II ; ceux-ci vers 1160 feront au plus proches édifier une abbaye, l’Hartland Abbaye, en laquelle les seigneurs « John de Dinham » demain aux XV et XVI siècles se feront inhumés. Il y aura un accord, semble t-il, qui sera un peu plus tard établi entre le dit Geoffroy II et son neveu Geoffroy 1er de Dinham « fils d’Olivier III » ; cet accord laissera pour la descendance de Geoffroy II toute la seigneurie de « Dinan-Nord » son dit neveu, « Geoffroy 1er » de Dinham, gardant quant à lui pour sa propre descendance les deux seigneuries de Hartland et de Nutwel. D’Olivier III de Dinan naitra en effet Geoffroy 1er de Dinham et de celui-ci Olivier 1er de Dinham. Du dit Geoffroy 1er de Dinham « fils d’Olivier III de Dinan, seigneur de Hartland et de Notwell, sortira à la 7 -ème génération John de Dinham « baron » d’Hartland et de Notwel). Olivier III pour les mêmes manoirs de Helfort et de Nutwel sera de nombreuses années en procédure avec les moines de Marmoutier puisqu’il refusera de respecter le don fait hier aux moines par son aïeul Geoffroy 1er obligeant ces derniers à lui « relouer » les terres de ces deux manoirs.  Les enjeux financiers propres à ces deux « terres et manoirs » perdureront bien longtemps chez les seigneurs de Dinham après que « Olivier III fils d’Olivier II » ait reconnu « enfin » la donation faite hier en 1122 par Geoffroy 1er son aïeul (la reconnaissance « définitive » par Olivier III de cette donation faite hier par son aïeul Geoffroy 1er se fera avant 1182 via une charte « non datée » lorsque Olivier III désira en effet finir ses jours enfermé comme « moine » en son nouveau prieuré de Saint-Malo de Dinan alors toujours non terminé ; cette charte concerne la fondation par elle même du prieuré de Saint-Malo de Dinan. La date ici de 1182 est la date de l’année en laquelle cette « confirmation faite par Olivier III de la donation de ces manoirs sera en Angleterre elle même enregistrée)

Nutwell Court, view from south-east showing south facade of 1799 rebuilt Georgian house and mediaeval chapel of the Dinham family
John Dynham, 1st Baron Dynham - Wikiwand
Vitrail représentant au centre John de Diham He was born at Nutwell, the eldest son and heir of Sir John Dinham (1406–1458) of Nutwell and Hartland, by his wife Joan Arches (died 1497), sister and heiress of John Arches and daughter of Sir Richard Arches (died 1417), a Member of Parliament for Buckinghamshire in 1402, of Eythrope, Cranwell (both in the parish of Waddesdon) and Little Kimble, Buckinghamshire,[1] whose arms were: Gules, three arches argent. The Dynhams had been seated at Nutwell since about 1122 and were one of the leading gentry families in Devon. His father died in 1458, but his mother was in occupation of the lands until her own death in 1496/7.[2]

Dans ce tumulte Josce né vers 1100, frère « puisné » d’Olivier II, d’Alain, de Rolland et de Guillaume, en tant qu’avant dernier « né » ne semble avoir STRICTEMENT rien reçu du patrimoine paternel que cela soit en Bretagne ou bien en Angleterre; Josce à ce titre devra lui même écrire sa propre histoire personnelle espérant peut-être pouvoir fonder aussi sa propre dynastie (En 1204 Hawise de Dinan et sa sœur Sybille, ses deux seules enfants héritières, semblent cependant « devoir » revendiquer ensemble contre Olivier de Dinham « fils de Geoffroy 1er de Dinham » pour les propriétés ou domaines de Bokeland et Corfton dans le Somerset et à Hartland et dans le Devonshire aussi pour d’autres biens. Rotuli de Oblatis et Finibus, 6 John, p. 221. A l’image du Grand monastères de Saint-Martin elles semblent toutes deux, « elles aussi », avoir été spoliées de certains de leurs biens « paternels » par Olivier III lui même ; l’histoire de cette procédure n’a gardé aucune autre trace que celle-ci. En 1199 elles auront toutes deux une démarche similaire envers le roi pour les terres et castel de Ludlow biens hier de feue leur mère ; dans cette première demande elles seront malheureusement aussi déboutées). Josce ne laissera pour seul héritier que deux enfants toutes deux « héritières à égalité », toutes deux « fondues » dans deux nouveaux patronymes, dans celui de Plukenet et dans celui de Fitzwarin (celles-ci seront les demi-sœurs de Cécile et d’Agnès toutes deux nées du premier mariage de leur mère « filles » qu’elles étaient du dit Pain Fitzjohn) .

File:Whittington Castle, Shropshire, UK.jpg
Le castel de Whittington. Le litige ayant opposé Foulque II au roi Jean faisant de ce seigneur un « outlaw » sera l’une des causes ou origines première de la « construction » de la légende de Robin des Bois.
Whittington Castle - Shropshire Tourism & Leisure Guide
Le castel de Whittington bien seigneurial des seigneurs de Fitzwarin. Ce château normand sera réaménagé par William Peverel lors de la guerre de succession ayant opposée Mathide à Etienne de Blois. Revendiqué très peu de temps après par Fulck Fitzwarin II celui-ci verra sa demande rejetée par le roi Jean; ce désaccord sera l’une des origines premières ayant amené Fulck à se rebeller contre son roi entrainant ainsi dans son sillage son propre fils, Fulck III Sa demande enfin acceptée au moyen d’une reconnaissance de vassalité elle aussi ce château restera dans cette famille seigneuriale jusqu’en 1420.

Mais reprenons la trace de Josce pour lui rendre justice… Josce de Dinham ainsi va devenir par un mariage organisé par Etienne lui même le nouvel époux de la dite Sybille, le nouveau seigneur de Ludlow, le nouveau gouverneur de son chasteau son frère Alain de Bécherel lui bataillant sur d’autres fronts guerriers. L’unité du pays ne parvenant pas à ce faire ce conflit successoral va perdurer de nombreuses années et mener ainsi les deux partis, les deux parents, dans une impasse Mathilde contrôlant tout le « sud-est » du royaume quand Etienne de son propre côté restera le seul maître de tout le « sud-ouest ». Lasse et fatiguée Mathilde décidera de passer le relais à son jeune fils, le futur Henry II, préférant s’en retourner définitivement en ses terres normandes (elle trouvera le décès le 10/09/1167 à Rouen et sera inhumée en sa cathédrale). Un accord en 1153 sera signé entre les deux partis, entre le roi Etienne et le jeune Henry, Etienne reconnaissant en Henry et pour demain son seul et unique héritier. Etienne de Blois l’année suivante passera déjà de vie à trépas (au cours de cet épisode fratricide Josce, vers 1150, s’éloignera provisoirement des murs de Ludow pour affaire seigneuriale; le château aussitôt sera repris par le propre parent de Sybille, Gilbert de Lacy. Dès son retour assiégeant SON castel Josce sur ses propres murs se cassera les dents; Mathilde le dédommagera en lui donnant plusieurs terres assises autour de Lambourn et comme une veste qui se retourne Josce jusqu’à la fin du conflit prendra dorénavant son parti. Couronné roi en 1154 pour le récompenser de sa fidélité Henry en plus lui offrira au lendemain de son couronnement des terres assises dans les comtés du Berkshire, du Wiltshire, du Hampshire, du Devonshire et celui Somerset entrant aussi en possession du manor de Lambourn ; Josce riche seigneur nanti en 1156 décèdera en 1166 laissant pour héritières ses deux filles Sybille et Hawise. Sybille épousera Hugues de Pulgenet, ou de Plukenet, ou encore Hugues de Pleugueneuc enfant issu des terres seigneuriales de Pleugueneuc, terres assises proches de la paroisse de Lanvallay ; Hawise quant à elle prendra elle pour époux Foulque FitzWarin le père du futur outlaw l’un des auteurs de la légende de « Robin Wood ». L’héritage que Josce transmettra à ses deux filles ne semble devoir comporter que sa seigneurie de Lambourn).

The castel of Ludlow

Vers 1130 va naitre Raoul 1er de Lanvalei et celui-ci, du vivant même de Josce de Dinan alors nouveau maitre du castel de Lambourn, va devenir « possesseur » en la dite seigneurie de Lambourn de deux terres ; à savoir celle de Blagrave et celle de Wyke proche de Eastbury enregistré qu’il sera en celles-ci. Lorsque Henry II d’Angleterre concèdera à Raoul 1er de Lanvalei la terre de Blagrave celui-ci était déjà en possession de celle de Wyke ; pendant les deux dernières années de la vie « Josce de Dinan » Raoul 1er de Lanvalei sera « vassal » de Josce lui même par ces deux mêmes terres seigneuriales.


Sous le règne du roi Richard par son mariage avec Sybille de Dinham, l’une des dites héritières de Josce de Dinan, Hugues de Plukenet au décès de Josce et au nom de sa femme entre donc à son tour en la possession d’une partie de la seigneurie de Lambourn ce seigneur décédant en 1201 ; l’autre partie de la seigneurie de Lambourn reviendra quant à elle et de droit par sa propre femme à Fulk Fitzwarin époux de Hawise deuxième fille de Josce de Dinan (1) . Là encore division des biens hérités (Hugh de Plukenet, de Plugenai, de Plegenet, de Plogenet ou de Pleugueneuc le parent de ce chevalier ayant vu hier le jour très probablement en la terre noble de Pleugueneuc, terre proche de Lanvalei, terres toutes deux en le duché de Bretagne . Un « Pipe-Roll du Berkshire de 1202 présentera Sybille comme étant « veuve » ).
Hugues de Pleugueneuc par sa femme transmettra à son tour sa partie héritée de Lambourn à son fils Josce de Plukenet, petit-fils de Josce de Dinan, sa mère Sybille elle étant encore citée vivante en 1212. Comme il est dit ci-dessus l’autre moitié de la terre de Lambourn relevant hier de Josce de Dinham, nommée « Grandisons » en une terre la constituant, quant à elle sera transmise en effet par voie d’hérédité à Foulques II Fitzwarin seigneur de Whittington et époux de Hawise de Dinham fille du dit Josce ; Foulques II Warin plus tard, alors encore en vie après son démêlé avec le roi Jean, réglera à la couronne pour cette même terre, et cela au seul nom de sa femme, 100 livres d’impôt  afin de pouvoir rentrer de nouveau en la possession de cette terre que le roi Jean lui avait ôté pour raison de félonie (Avec son fils Foulques III il sera le sujet du récit mouvementé de l’outlaw fitzwarin » qui participera lui aussi plus tard à l’écriture de l’histoire de Robin Wood). Mort en 1198, Hawise elle décédant en 1220, Foulques III leur enfant à tous deux, la vie de ce dernier étant en grande partie à l’origine même de la vie légendaire de l’Outlaw Robin Wood, lui aussi entrera à son tour par voie d’hérédité en la possession de cette même terre. L’une des héritière de celui-ci épousera John Tregor et celle-ci, au nom du douaire de sa mère, recevra la dite parcelle nommée « Grandisons ; celle-ci relèvera cependant, et cela toujours par droit de féodalité, de la seigneurie même de Fitzwarin bien de sa sœur aisnée. Différents droits attachés à la dite terre de Lambourn seront octroyés successivement à l’abbaye de Stanley par les seigneurs de Plukenet et de Fitzwarin.

XV siècle.Lambourn Place was the house of Grandisons Manor in the village of Lambourn. It stood just north of the church and had a small park extending in the same direction. Some people say it stood on the site of one of King Alfred the Great‘s palaces. In 1489, it was known as ‘Rogers’ Manor’ but, by 1640, it was called ‘Place House’.
Le château de Whittington en 1778.

le Castel de Whittington aujourd’hui

Au lendemain de 1154, année en laquelle accédera à la couronne Henry II fils de Mathilde, une autre terre elle aussi assise en la paroisse de Lambourn, nommée quant à elle Blagrave, sera aussi confiée par le roi Henry 1er à Raoul 1er de Lanvalei ; « Raoul » était déjà possesseur en Lambourn de la dite terre de Wyke. Comment et pourquoi Raoul 1er de Lanvalei entra t-il en la possession de ces deux terres toutes deux assises en la propre seigneurie de Josce de Dinan ? Raoul 1er de Lanvalei né vers 1130 sera en effet peu avant 1164 « reconduit » par le roi Henry II en sa terre de Blagrave déjà possesseur de celle de Wyke ; l’année 1173 sera celle de la « re conductibilité » de cette dernière. Tous seigneurs venant à mourir ne laissait pas « automatiquement » ses biens à ses propres enfants; le roi devait effectivement les « reconduire » en ceux-ci moyennant et « serment de fidélité » et « taxes financières » demandées et acquittées. Reconduit par le roi en ces deux terres avant 1164 pour l’une, et en 1173 pour l’autre, celles-ci semble devoir avoir été HIER le bien seigneurial de feu son père Alain ; dit « Alain fils de Henry »qui était ce seigneur lequel était AUSSI possesseur de la paroisse de la Petite Abington pour 5 hides de terre église comprise ? Au delà de cette dernière date Raoul 1er de Lanvalei à l’inverse de son frère aisné ne fera plus jamais parlé de lui l’Histoire d’Angleterre en des chartes écrites n’ayant jamais prononcée ni le nom de son épouse ni le prénom de ses propres enfants ; où celui-ci ensuite alla t-il ? (L’hide de terre est une ancienne mesure agraire féodale propre à l’Angleterre à 1 hide de terre correspondant alors le besoin nécessaire pour alimenter une famille toute une année durant ; ainsi l’hide pouvait aller suivant la qualité nourricière du sol de 25 à 50 hectares. Toute terre comprenant 5 hides de terre se devait de fournir tout l’équipement militaire nécessaire pour 1 homme complétement armé, à savoir 1 homme par 5 hides de terre. William II de Lannvalei et Jehan son cousin germain, tous deux propriétaires en indivis de la paroisse de la litle Abington église comprise pour 5 hides de terre devaient ainsi chacun pour moitié et par an 1/2 fee ou « frais d’équipement »).

Entre 1190 et 1194 la dite terre de Blagrave semble avoir été « retirée » des mains des seigneurs de Lanvalei puisqu’elle sera alors déposée entre celles, elles aussi seigneuriales, de Robert de Burdon ; cela se fera après qu’elles aient été « réintégrées » quelques temps auparavant aux lands du roi eux mêmes, cela peut-être par confiscation royale. Toutefois dès l’année 1194 sous le règne du roi Richard elle sera de nouveau « restituée » aux seigneurs de Lanvalei puisque William II de Lanvalei, fils de William 1er, en 1194 paiera 15 marks pour sa dite terre de Lambourn ; Raoul II de Lanvalei, fils héritier de William 1er et frère du dit William II de Lanvalei , sera dit un peu plus tard être aussi «en possession» de cette même terre. Celle-ci était t-elle alors en indivis entre ces deux frères ? Comment cette terre, hier bien de Raoul 1er de Lanvalei, est-elle tombée entre les mains de ses neveux tous deux fils de William 1er de Lanvalei son frère ?

Que cela soit par « voie d’hérédité », ou bien par accord conclu si « mort de Raoul il n’y a pas eu », celles-ci ont dû réintégrer le bien seigneurial de William 1er lui même puisque ces deux terres semble avoir été toutes deux transmises de façon « indivis » en effet à ses deux propres enfants (en effet il y eu peut-être accord entre l’aisné et le puisné le premier gardant toutes les terres seigneuriales assise en le duché de Bretagne le puisné lui gardant la totalité des terres seigneuriales ici même assises. Un tel accord il est vrai sera réalisé pour ce même thème au sein même de la famille seigneuriale de Dinan-Dinham).

Les deux terres de Lambourn seront l’objet peu après d’un litige entre ces deux frères, entre William II et Raoul II, puisque une discorde relative à ce même bien tous deux les opposera. Cela se fera il nous semble à l’avantage des « deux » puisque l’un aura « l’une » au travers de Blagrave et que l’autre aura « l’autre » au travers de celle de Wike. Cette division équitablement établie entre ces deux frères sera confirmée par le fait même que John de Burgh, époux de Hawise fille du dit William III de Lanvalei, entrera à son tour en la possession de Blagrave quand Maud de Lanvalei, la propre « fille héritière » de Raoul II, elle entrera en celle de Wyke. Raoul II ci-dessus, père de Maud en effet, sera dit être « tenant » de la seigneurie de Eastbury pour sa terre de Wyke .

Effigy of Sir John Dinham (1359-1428), St Mary’s Church, Kingskerswell The arms of Dinham are visible sculpted in low-relief on the chest of his surcoat  four fusils in fess


Cette dernière prendra pour époux en 1219 Richard Walley dit aussi Walens ou le Waleys. Elle prendra ensuite pour second époux Gilbert de Mareys ce dernier devenant par sa femme Maud le nouveau « Tenant » de la dite seigneurie de Eastbury ; et ainsi il sera « nommé » en 1231. Raoul Walens ou Raoul le Waleys, fils des dits Richard Waleys et Maud de Lanvalei entrera en possession de son héritage paternel et maternel mais décédera jeune, vers 1215, laissant pour uniques héritières que ses deux sœurs nommées respectivement Agnès et Juliana cette dernière prenant pour époux Geoffroy de Wrokeshale ; de son second époux Gilbert de Mareys Maud de Lanvalei aura cependant une troisième enfant née « Agnès de Mareys ». Celle-ci meurt aussi sans enfant, cela en 1252.
La demie-soeur de celle-ci, Agnès, première du nom, prendra pour époux « John de Mareys » puis Raoul Hadley ayant eu de son premier époux « John de Mareys » 5 enfants dont un fils, prénommé Thomas, et 4 filles tous les cinq ses co-héritiers. Ses 4 filles nommées Joan, Amice, Anastacia et Agnès, épouseront respectivement Simon le Breton ou le Bret, Thomas Grazenhoil, John de la Grave et William de Gomeledon. Il ne m’a pas été possible aujourd’hui de faire un lien de généalogie authentifié entre ce dit Simon le Bret et celui qui beaucoup plus tôt, entre 1199 et 1209 sera en litige pour la petite paroisse d’Abington avec Jehan de Lanvalei neveu de William 1er de Lanvalei lui même.


Juliana Waleys ci-dessus citée, sœur des dites Agnès et Raoul Waleys, femme du dit Geoffroy de Wrokeshale, aura elle pour enfant également un fils prénommé Eustache et quatre filles toutes quatre héritières de leur frère décédé jeune. L’aisnée Joan épousera John de Cerne  et aura pour enfant John de Cerne ; la seconde Rose elle prendra pour époux Richard de Brokenbergh et aura elle aussi pour enfant un garçon prénommé John etc. 

William III de Lanvalei.

(1). Hawisia de Dinant tenet in Lamborn XXII libratas et X solidatas terre per finem quem Fulco filius de Guarin, quodam suus vir, fecit cum Domino rege Ricardo et hanc terram tenuit Joceus de Dinan, pater suus, de dono regis Henry patris sine servicio nominato. Traduction : Hawise de Dinan détient environ 22 livres et 10 shillings de terre en Lambourn qui sont à Foulques fils de Warin parce qu’il est son mari, sous le règne du roi Richard, et cette terre elle l’a tient de Josce de Dinan, son père, don que son père a reçu du roi Henry quand il était à son service.

Chapitre suivant N°3 : Wrangle et les donations de Simon Lebret.

%d blogueurs aiment cette page :