Le château de Grillemont

La cour d’honneur de Grillemont au tout début du XX siècle. Ici monsieur Le Fer de la Gervinais

Peut être une image de plein air
Dessin peut-être réalisé avant 1642 ; celui-ci en ses traits  implante la future écluse et son déversoir tous deux projetés en le méandre de la Courbure alors lové en Taden.
Ce dessin implante aussi cependant le Pavillon de Grillemont et ses premières dépendances assis en la paroisse de Lanvallay. Ce dessin sera exécuté AVANT que le château de Grillemont connaisse son propre agrandissement « néogothique » réalisé sur la cour au XVIII siècle ; ce dessin sera exécuté avant que soit réalisé en la dite cour la deuxième tranche du petit pavillon sur rue lequel en sa totalité SERA édifié au XVII siècle. 
Il est vrai que le projet d’ouvrir la Bretagne intérieure à la navigation naît au XVI siècle et prend toute sa réelle importance à la fin du XVII siècle lorsque le règne de Louis XIV sera fortement malmené par les blocus à répétition ; le XVIII siècle en 1730, puis en 1746 et 1783 verra plusieurs fois renaitre ce grand projet tous envisageant la réunification de la Manche à l’Atlantique. Moult fois envisagé, probablement plusieurs fois commencé ce canal sera réellement réalisé que sous le Premier Empire et cela que pour pouvoir contrer le blocus anglais ;  partiellement ouvert il sera dès l’année 1832 c’est à dire bien après la mort de Napoléon 1er.


Toute l’importance de ce dessin réside dans le fait qu’il assoit la réalisation de cette même écluse bien avant le début du XVIII siècle, qu’il assoit la réalisation de ce projet en le courant du XVII siècle lui même. 
Au lendemain de 1642, année en laquelle le port de Dinan et tout le quartier de la Magdeleine furent tous deux inondés plusieurs jours durant, ce projet effectivement semble avoir été définitivement abandonné.  Ce dessin semble aussi devoir implanter au plus près du futur déversoir deux bâtis alors construits…Ne seraient-ce pas les deux chapelles, la chapelle originelle en ruine et la nouvelle alors déplacée et construite à la place de la première ?

Peut être une image de château et plein air
Peut être une image de château et plein air
Peut être une image de plein air

Le château de Grillemont surplombant la Rance apparaît en la fin du 16ème siècle, vers 1580-90 probablement.

Ce n’est alors qu’un «noble pavillon de campagne » possédant tourelles» ; il est agrandit vers 1635 de son aile à nord, à la droite de la tourelle de droite, aile qui fera elle aussi face à occident. La réalisation de cette aile sera la première phase des différents travaux ayant tous transformés le pavillon originel en château. La façade principale du pavillon est alors orientée à occident, à l’ouest, faisant ainsi face à la rivière et regardant celle-ci ; ce « noble pavillon » est alors le bien d’un couple de notables socialement très bien assis de leur robe, « Alain Serizay et son épouse Hélène Nicolas (par sa mère le noble homme Alain Serizay sera le petit-fils de Françoise Marot la propre tante de Jean Marot sieur du Cheminneuf à la Magdelaine du pont à Dinan).

Les « Serizay » semblent devoir tous sortir de la paroisse de Plouër aux travers de leurs Armoiries, au travers de leur terre des Isleaux, « Maison noble » très ancienne faisant alors partie du baillage de la Souhaitier en Rigourdaine ; proche de la ferme actuelle il y a encore quelques années s’apercevaient toujours les traces des douves de l’ancien manoir fortifié. De celui-ci reste encore sur la face nord du logis principal une petite meurtrière ainsi qu’une porte à double cintre surmontée d’un écusson malheureusement très altéré portant hier peut être les Armes Amiot/Serizay. En effet cette noble terre sera citée dès les premières heures du XV siècle, en 1427 exactement, au travers de Geoffroy Amiot. L’année 1472 verra la citation de Guillaume Amiot lequel, sieur des Illeaux, parait en brigantine à la Montre ou revue militaire du sire de la Hunaudaye ; les seigneurs Amiot avaient leur enfeu dans le Chœur de l’ancienne église paroissiale de Plouer (La terre des Illeaux avant 1513 fut le bien de Mathurin de Rochefort comme cela le sera rappelé en la dite Réformation de 1513 ; reste à savoir comment celle-ci fut acquise par le dit seigneur Amiot, soit par succession héréditaire soit par simple acquêt).

Proche de la terre de Rigourdaine noble homme Jean Serizay en 1609 affranchira ainsi sa terre de la rente due à la seigneurie de Rigourdaine. En 1618 Guillaume Serizay, sieur des Isleaux, sera connétable de Dinan cette charge se transmettant plusieurs fois au sein même de sa famille ; ainsi en 1638 et 1668 on retrouve successivement à cette même charge son fils et petit-fils. Revenons à la terre de Grillemont. La terre noble de Grillemont et son pavillon seront mentionnés pour la première fois en nos BMS de Lanvallay, le 07/02/1616 exactement, lors d’un baptême réalisé sur les fonds baptismaux du prieuré du pont à Dinan (Tous au long du XVII siècle les plus grands notables des deux paroisses de Dinan ferrons pour ainsi dire TRES SOUVENT baptiser leurs propres enfants sur ces mêmes fonds) . Ce bien, ce pavillon, est donc vers 1580-90 la noble propriété des dits « Alain Serizay et Hélène Nicolas » tous deux Sieur et Dame de Grandschamp en Dinan ; Alain de sa charge sera avocat au Parlement de Bretagne, à Rennes, mais aussi au Siège Présidial de Dinan (Hélene Nicolas quant à elle n’avait rien à envier à son époux ; elle était en effet la fille de Pierre Nicolas sieur du Gislaut en Saint-Piat, lui aussi grand notable de sa charge « greffier d’Office de la Cour de Dinan ». Jehan Nicolas, frère d’Hélène, prendra lui pour épouse Jeanne Martin héritière de l’une des seigneuries » des Champsgeraux en Evran au travers du manoir de la « Gravelle » laquelle Jeanne transmettra à son époux cette dite noble terre; alloué de Dinan par sa charge Jehan Nicolas sera aussi Conseiller du roi au Siège Présidial de Dinan. La famille « Martin », famille à laquelle ici est rattachée la dite Jeanne, apparait elle aussi dès les premières heures du XVI siècle en le pays de Plouër, en 1513 exactement, lors de la première Réformation » ; Seigneur et Dame de Carheil les « Martin » possèdent alors la terre noble du Verger avec les Armoiries suivantes : D’azur semé de billettes d’argent au franc cartier de gueules et chargé de 3 rustres d’or).

Moult fois modifiée la noble propriété de Grillemont sera depuis son origine transmise au sein d’une même noble famille : les Serizay. Ceux-ci prendront un peu plus tard le nom de « Serizay de Grillemont ». Monsieur Aimé, aujourd’hui propriétaire du château de Grillemont, est l’un des descendants de ces deux mêmes familles dites « Amiot et Serizay ».

Au lendemain de 1635, comprenant au sud certaines dépendances dont une débordant sur la rue, la grande cour d’honneur entourée de ses jardins déjà existe ; parmi celles-ci sera une petite chapelle; celle-ci aujourd’hui en tant que telle n’existe plus.

A la fin du 17ème siècle le domaine connaît une première campagne de travaux lorsque sera réalisé en la grande cour, vers nord, en limite des jardins, un second corps de communs beaucoup plus grand. Cette même campagne sera accompagnée de certaines transformations faites en les murs des grands jardins assis eux à midi et orient; sur l’une des pierres de la grande porte d’entrée desservant depuis la route ce grand enclos figure en effet la date de 1678 (peut-être la date de 1618 la forme écrite du 1 ou du 7 portant beaucoup à confusion). Cette date correspondait-t-elle au moment où ces jardins fut ceinturée de leurs propres pourprins ou bien simplement l’année en laquelle cette grande porte desservant les jardins fut elle réalisée ?

Aujourd’hui la façade principale du château, de style néogothique, côté cour, est le résultat d’un très grand agrandissement qui fut réalisé au 18ème siècle. Cette réalisation transformera le pavillon originel en un véritable château à huit travées entièrement ouvertes sur sa cour d’honneur; la façade principale qui était à l’ouest est dorénavant passée à orient. Une modification moins importante que la précédente sera faite dans la seconde moitié du 19ème siècle, vers 1860-70 ; celle-ci sera la dernière phase des travaux apportés à ce château; Cette dernière phase surélèvera la partie haute du château et amènera en les combles à l’aménagement de nouvelles lucarnes ; apparaîtra alors au fronton du château, intégrées en le en la nouvelle toiture, les Armoiries couronnées en mi-parti que nous pensons être les Armes de Clémentine-Marie Urvoit de Saint-Mirel (fille de Clémentine Serizay dlle de Grillemont et d’Adrien-Marie-Joseph Urvoit de Saint-Mirel possesseur de la Nourrais en Lehon) et de celles de son époux Hyppolite-Marie le Fer de la Gervinais. Né en 1820, uni en 1853 à Clémentine-Marie Urvoirt de Saint-Mirel, Hyppolite-Marie Le fer de la Gervinais avec son épouse semble devoir au lendemain de leur mariage habiter en la demeure de la Nourrais en Lehon, bien de feu son beau-père puisque Pierre Serizay , « oncle » de Clémentine sa femme, par droits d’hérédité était alors entré en possession du château de Grillemont (lors de sa première rencontre sentimentale avec Clémentine-Marie Urvoit celle-ci résidait alors à la Nourrais, maison de ses parents. D’après une conversation personnelle que j’eu un jour avec madame Aimé il semble y avoir EU UN ECHANGE DE PROPRIETE entre le fils du dit Pierre Serizay ci-dessus nommé, Pierre-Louis Serizay seigneur de Grillemont, et Hyppolite et son épouse Clémentine-Marie Urvoit, la cousine germaine du dit Pierre-Louis ; ces deux familles ainsi mutuellement s’échangèrent et Grillemont et la Nourrais. Au titre de cet échange Clémentine et Hyppoline quittèrent la Nourrais pour prendre possession de Grillemont et vis versa pour Pierre-Louis qui lui abandonna Grillemont pour prendre possession de la Nourrais).

Hyppolite Le fer de la Gervinais par sa famille était issu d’une famille elle aussi déjà ancienne, famille sortie du pays de Saint-Malo ; grand notable de Léhon il sera « conseiller municipal » de Léhon de 1870 à 1885 année en laquelle il démissionnera. En tant que premier adjoint son propre fils, Fernand Le Fer, lui succède en 1886 avant d’être élu maire le 17/06/1886 ; de son union avec Clémentine il aura en effet pour enfants et Fernand ci-dessus nommé et Marthe-Marie. Hyppolite Le Fer et Clémentine Serizay sont les probables « maitres d’œuvres » des derniers travaux apportés au château leurs Armoiries étant représentées il me semble en le dit fronton de la toiture du château. Par logique cette dernière tranche de travaux apportée au château sera réalisée au lendemain de leur mariage, donc après la dite année 1853 ; ils passent pour avoir été réalisés vers 1860-70 Hyppolite étant alors toujours « Conseiller municipal » de Lehon.

Par sa propre généalogie la terre noble de Grillemont est reliée à l’histoire du manoir de la Landeboulou ainsi qu’à celle du Gilaut en Saint-Piat; mais ceci est une autre …histoire.

Les derniers travaux ayant eu lieu au château, chantier réalisé vers 1860-70, semble avoir été en effet réalisés par Clémentine-Marie Urvoit de Saint-Mirel et Hyppolite-Marie le Fer de la Gervinais puisque leur fils Ferdinand le Fer lui voit le jour vers 1854 ; l’échange entre Grillemont et la Nourrais fut donc très probablement réalisé entre 1853 et 1860-70. En ces Armoiries en mi-partie portées en le dit fronton les Armes des « Le Fer de la Gervinais » sont : « un échiqueté d’Or et de Gueules » ; Les « Urvoit de Saint-Mirel », famille noble issue de Plénée-Jugon sont quant à elles : « d’azur à 7 molettes d’or » 3-3-1.

Explication sur de dessin de reconstitution : Ci-dessus en bleu est le pavillon originel à tourelles très probablement édifié en la fin du XVI siècle, vers 1580-90 ses premiers possesseurs Alain Serizay et Alaine Nicolas deux tous deux naissant en effet vers 1560 ; ce pavillon « premier » dans sa longueur originelle s’avance alors jusque sur la cour, dans son actuel alignement. Il est possible que ce pavillon surplombant la Rance, surplombant l’entrée du port de Dinan comme voulant épier toute intrusion éventuelle, ait été érigé lui même sur les fondations d’un bâti premier beaucoup plus ancien, quel qu’il ait été, puisque la terre de la Landeboulou assise juste à côté sera elle citée dès la fin du XI siècle, sera elle citée en l’acte de fondation du prieuré du pont à Dinan au travers de son seigneur du moment : Picot de Lande Boilot. La partie rouge, dans sa propre construction, semble devoir suivre de peu la date de 1635 puisque sur ce plan ou dessin ci-dessous représenté cette extension n’existe pas encore; est alors un jardin tourné face à la rivière tournant lui le dos à un grand corps de dépendances dirigé vers vers nord, probablement les premières grandes dépendances du « pavillon » lesquelles dépendances demain, au XVIII siècle, laisseront la place à l’agrandissement « néogothique ». Jusque vers 1900 cet « agrandissement ou aile ici en rouge » possédait un toit en terrasse ; celui-ci sera recouvert d’un toit traditionnel peu après l’apparition de la photographie afin d’amener la réalisation d’une pièce haute. En noir sont les grandes modifications apportées au XVIII siècle au pavillon premier transformant celui-ci en un véritable château aménagé au gout néogothique du moment en effet ; cette campagne semble avoir vu aussi en le jardin adossé à la Cour à la réalisation du grand corps de logis ou dépendances assis lui perpendiculairement au château, grandes dépendances sur ce dessin non représentées. Cette façade sur « cour » sera modifiée en sa partie haute au XIX siècle, vers 1860-70, travaux amenant alors la réalisation du fronton haut armorié.

Peut être une image de carte

Explication de ce plan cadastral : A noter sur ce plan de 1844 en la petite dépendance de gauche la présence TOUJOURS EXISTANTE de la « petite chapelle supposée » donnant sur le chemin vicinal ; est aussi existante, également disparue aujourd’hui, une petite construction en appuie sur cette même petite dépendance rétrécissant par sa seule présence l’entrée du château, entrée du château aujourd’hui beaucoup plus grande.
A noter aussi le fait que les deux tourelles délimitant le pavillon central, côté rivière, ne sont pas ici représentées ; il ne s’agit ici aucunement de leur propre absence à l’édifice celle-ci étant ici même simplement intégrées au trait originelles au bâti que toutes deux elles sont. A l’inverse sont représentées deux excroissances, deux rajouts, l’un à la droite immédiate de l’AILE NORD adossée au pavillon l’autre étant lui oblique à la tourelle de gauche non représentée ; ces deux rajouts n’existent plus aujourd’hui celui de gauche pouvant « éventuellement » avoir été un escalier ayant mené hier à la terrasse haute de la dite petite aile.
Est aussi absente aujourd’hui à nord, ou à droite en la cour, la toute petite dépendance « prolongeant » à ouest, vers la rivière, la grande dépendance édifiée hier sur les jardins ; aujourd’hui en effet disparue par sa seule absence elle a agrandi en quelque sorte l’accès des jardins ici en parcelle n°224.

Avant 1635 le « Pavillon » à tourelles accompagné seulement de sa cour et de ses toutes premières dépendances ; à nord la petite aile adossée à sa tourelle de droite n’existe pas encore ni le grand corps de dépendances demain perpendiculaire et au chemin vicinal et au château.
Le « château » en 1811 après la réalisation de la façade néogothique et l’ensemble de ses dépendances alors déjà existantes ; sont en couleur grise toutes les parties de dépendances aujourd’hui entièrement disparues ; en le point rouge est la tour d’escalier « supposée » menant hier sur la terrasse de la petite aile.

En 1844 le château avec l’apparition d’une extension en les jardins, à nord, donnant sur le chemin vicinal.

Explication de ce dessin : Reconstitution partielle du château de Grillemont d’aujourd’hui (il manque toutefois sur ce dessin la petite dépendance à nord, ou à droite, en appuie sur l’actuelle cuisine, ou sur le grand corps dessiné en bleu laquelle est déjà représentée sur le plan cadastral de 1844 absent qu’elle est sur celui de 1811) . Au lendemain de 1635 en rouge est le manoir originel et ses deux tourelles entourant ou délimitant ensemble le pavillon accompagné de son aile assise à nord (construite au lendemain de 1635 est aussi en rouge en effet la petite extension, ou aile, assise contre la tourelle de droite, à nord ; aujourd’hui couverte elle eu hier un toit en terrasse entièrement ouvert et à occident et à nord. Edifice montré encore sur quelques cartographies anciennes sa toiture en « terrasse » fut transformée en pièce peu après l’apparition de la photographie amenant ainsi l’actuelle toiture traditionnelle). La cour existe déjà dessinée qu’elle sera vers 1635 ; elle semble cependant devoir être alors un peu moins importante, un peu moins large de midi à nord. En bleu est l’agrandissement de style néogothique apporté au château au XVIII siècle, travail réalisé sur sa façade orientale et en appui sur le pavillon originel. Cette transformation du pavillon originel transformera celui-ci en château digne de ce nom et déplacera ainsi l’entrée principale du pavillon originel de midi à Orient. La cour deviendra une grande cour d’honneur le nouveau château entièrement ouvert sur elle. En noir sont les dépendances toujours aujourd’hui existantes. Le petit corps de logis à gauche ou au midi, assis en la cour vers la rue, apparait lui au début de la moitié du XVII siècle, bien avant les travaux importants apportés au pavillon au XVIII siècle puisqu’il sera représenté sur un dessin réalisé vers 1635; la grande dépendance à droite, perpendiculaire à la rue ou au château, semble elle devoir accompagner en effet les dits grands travaux du XVIII siècle.

Vers 1860 à l’extrémité de la propriété à nord/occident : . Apparition dans le jardin de deux pavillons ou roseraies aujourd’hui à ciel ouvert. Il est possible que si cette propriété eu un jour en son passé très lointain une tour de gué que celle-ci fut à ce même endroit

Peut être une image de château et plein air
A droite ou à occident la petite aile rajoutée au lendemain de 1634 ; hier à terrasse sa couverture fut au début du XX siècle transformée en toiture sous faitage pour l’aménagement d’une pièce. Se remarque ici son rehaussement.

Explication de ce dessin : Reconstitution des parcelles bâties ET non bâties de la Landeboulou et de Grillemont lesquelles, en 1833, étaient entre les mains d’Anne de Serizay, de Pierre-Louis de Serizay et d’Eugène de Serizay (Eugène Serizay marié à Angélique de Pean sera possesseur en 1856, ou propriétaire, du château de Beauvais en Lanvallay ; cela sera dit en les listes nominatives de Lanvallay. Ils sont tous trois les enfants de Pierre Serizay de Grillemont et de Marie-Françoise Lanjourbaut de la Plochère ; Pierre-Louis prendra pour épouse Caroline-Marie-Emma Guérin). Anne et Pierre Serizay sont tous dits de Grillemont, Eugène et Pierre étant également propriétaires de nombreuses autres parcelles s’étirant plus au sud, de l’autre côté du chemin menant de Lanvallay à Saint-Malo, terres étendues et comprenant notamment AUSSI l’ancienne seigneurie de la Samsonnaye. Anne de Serizay de Grillemont possède ici tout le parcellaire de couleur vert-foncé, Pierre de Serizay de Grillemont possède quant à lui tout le parcellaire de couleur vert tendre, Eugène de Serizay, dit de Dinan, possède lui tout le parcellaire de couleur vert-gris ou vert moyen. Nous voyons très bien ici l’étendue foncière et très importante de cette seigneurie locale laquelle possédait, au sein de sa famille, presque toutes les terres formant la dite Landeboulou. Voir ci-dessous la liste…

Vue aérienne mettant en évidence l’alignement qu’il y eu hier, vers 1635, du dit pavillon central par rapport à la dépendance de gauche donnant elle sur la rue. Les travaux propre à la nouvelle façade néogothique du château réalisés au XVIII siècle émargeront en effet sur les jardins ici à gauche du dit pavillon.
A noter aussi aujourd’hui la perte de la moitié de cette même dépendance par rapport à celle dessinée sur le dit plan de 1635 ; ici même face à la rue se dressait peut-être la petite chapelle du château citée ici présente en un acte BMS de Lanvallay lors d’un mariage religieux réalisé au château au XVIII siècle.
Peut être une image de les Cotswolds, plein air et arbre
XVII et XVIII siècle. Les secondes dépendances.
Peut être une image de arbre et plein air
Petit pavillon adossé à la rue et représenté avant 1634

Hardouinne Allot fille Macé et Jeanne Boudeaux a este baptisée par moy soub signé Prioul subcuré de Lanvalay sur les sainct fonts de la Magdelaine et presentee yceux par messire Guillaume Saint imprimeur de Dinan et avec la honorable damoiselle Hardouinne Serizé Dame de Grillemont temoin faict septiesme jour de febvrier mil six cent seize. Hardouyne Serizay – Prioul – Guillaume Sainct – Marault

Peut être une image de arbre et plein air
La façade néogothique réalisée en deux tranches il nous semble au XVIII siècle la première tranche étant celle de gauche, à midi.
Peut être une image de nature et arbre
Le château de Grillemont depuis le méandre de la Vieille Rivière.
Peut être une image de plein air et arbre
Regardé depuis le parc l’ancien logis du jardinier représenté en 1634 ; aujourd’hui, à sa droite immédiate, à ciel ouvert, est un second corps de logis qui lui aussi sera représenté en 1634. Le château possédant encore au XVII siècle sa chapelle puisque « mariage » y sera célébré et enregistré celle-ci aujourd’hui entièrement disparue aurait t-elle pu ici même être ? Entièrement modifié en sa façade sur cour du dit XVII siècle il ne reste aujourd’hui de ce petit logis, en sous-bassement, qu’une seule fenêtre défendue et ouvragée avec sa grille.
Peut être une image de arbre et plein air
L’autre pignon ou la façade du château vu depuis le jardin ou l’ancienne roseraie.
Peut être une image de porte, arbre et plein air
XVI et XIX siècle. L’entrée originelle du Pavillon à tourelles. Caché ici sous cette verdure le linteau de la porte comporte une immense parenthèse sculptée; l’embrasure de la porte est elle aussi sculptée. La porte d’entrée et sa magnifique grille semble devoir être du XIX siècle.

Peut être une image de plein air
XVII siècle. La dite petite fenêtre du logis du jardinier.


Peut être une image de plein air et château
XVIII et XIX siècles. La façade néogothique du château ici de face. La partie gauche, tout en étant elle aussi du XVIII siècle, semble devoir relever d’une première tranche ; les linteaux des 3 fenêtres assises à droite sont en effet du type monolithique lorsque la porte d’entrée « décentrée par rapport au fronton ainsi que les autres ouvertures à sa droite ont toutes des linteaux constitués de pierre appareillées. En la seconde moitié du XIX siècle cette façade sera en sa partie haute surélevée comme en témoignent et la longue corniche et les cheminées toutes en pierres de taille ; ces travaux amèneront la réalisation de nouvelles lucarnes ainsi le fronton armorié aux Armes Le fer de la Gervinais / Urvoit de Saint-Mirel.

Le petit bâtiment de droite assis face au château, en fond de cour, appuyé à la rue, lui sera plus tard avalé dans un agrandissement lequel à nord, vers le village, le portera en limite de propriété en le sortant de sa cour édifié qu’il sera aussi sur le jardin triangulaire. Probablement en même temps, perpendiculaire à celui-ci et en son milieu, sera édifié à l’extérieur de la cour sur le dit jardin triangulaire, en appuie contre le pourprin de la cour, un grand corps de dépendances s’avançant presque jusqu’au château.
Le second petit bâtiment en la cour, construit en deux corps eux assis ici à gauche, ou au midi, et émargeant alors sur la voie vicinale, à perdu aujourd’hui la moitié de sa longueur ne restant à ce jour que le corps sur la cour. Il sera fait mention au XVIII siècle de la présence d’une chapelle en la cour du château ; le corps aujourd’hui disparu et donnant hier en effet sur la voie vicinale était t-il la dite chapelle ?

l’origine de nos villages Côtissois

Colonne commémorative des Serizay de Grillemont en Lanvallay. Réalisée entre 1830-1850 elle est présente en le cimetière de Dinan. Le socle cubique comporte sur chacune de ses faces une plaque de marbre blanc; sur l’une d’elles, les armoiries de Serizay sieur de Grillemont  ont été déposées; elles sont :  Écartelé aux 1 et 4 d’azur à la fleur de lys d’argent en cœur, accompagnée de trois roses d’or, posées 2 et 1; aux 2 et 3 d’argent à trois guidons de gueules, les lances hautes, posées en pal. Le sommet de la colonne contient une urne voilée.

Peut être une image de plein air
La porte du grand salon donnant sur le parc assis au midi.
Peut être une image de fleur, nature et arbre
L’ancien puits ouvragé de la cour du château, puits non Armorié.
Peut être une image de intérieur
Manteau de la cheminée du Pavillon à tourelles armoriée des Serizay. Les Serizay sortent de la paroisse de Plouer aux travers de leurs Armoiries, au travers de leur terre des Isleaux. ; celles-ci semble avoir été ici comme effacées. Proches de la terre de Rigourdaine noble homme Jean Serizay en 1609 affranchira ainis sa terre de la rente due à la seigneurie de Rigourdaine. En 1618 Guillaume Serizay sieur des Isleaux sera connétable de Dinan cette charge se transmettant en cette famille.
Les Armoiries Serizay de Grillemont.

Peut être une image de plein air et mur de briques
XVII siècle. La fenêtre fortifiée de la petite aile à nord/occident.

Aucune description de photo disponible.
1616. BMS de Lanvallay. Acte de baptême rédigé à Lanvallay en 1616 et spécifiant l’existence d’Hardouyne Serizay comme étant Dame de Grillemont : Hardouinne Allot fille Macé et Jeanne Boudeaux a este baptisée par moy soub signé Prioul subcuré de Lanvalay sur les sainct fonts de la Magdelaine et presentee yceux par messire Guillaume Saint imprimeur de Dinan et avec la honorable damoiselle Hardouinne Serizé Dame de Grillemont temoin faict septiesme jour de febvrier mil six cent seize. Hardouyne Serizay – Prioul – Guillaume Sainct – Marault
La date de 1678 correspondant très probablement à la réalisation des pourprins. Il est cependant possible que cette date puisse être celle de 1618 mais logiquement les 1 sont alors représentés en I lorsque les 7 eux le sont en 1.
Aucune description de photo disponible.
les Armoiries couronnées en mi-parti que nous pensons être les Armes de Clémentine-Marie Urvoit de Saint-Mirel (fille de Clémentine Serizay dlle de Grillemont et de Adrien-Marie-Joseph Urvoit de Saint-Mirel) et de celles de son époux Hyppolite-Marie le Fer de la Gervinais. Les Armoiries « le fer de la Gervinais sont ici à gauche quand celles des Urvoit de Saint-Mirel sont à droite.
L’ancienne métairie du Rehanet
Peut être une image de plein air
Peut être une image de arbre et plein air
XVIII siècle ?
A midi/occident la magnifique grille ouvragée donnant sur le parc.

Apparition et distribution du nom :

– Le noble château de Grillemont apparait ainsi écrit pour la première fois en nos BMS le 07/02/ 1616 lors du baptême d’Hardouine Allot baptisée au prieuré de la Magdelaine. L’enfant sera déposée entre les mains d’Hardouine Serizé dite Dame de Grillemont ; Hardouine naît le 16/12/1595 et prendra pour époux Ecuyer Pierre Prévost.

– La seconde fois cela sera pour son propre frère Jacques qui lui voit le jour le 12/10/1601 ; il sera dit sieur de Grillemont en 1622 lors du baptême de Jacques Labbé toujours à la Magdelaine. Sœur et frère et âgés lors des baptêmes tous les deux de 21ans on peut supposer que leurs parents à tous deux étaient donc déjà établis sur les terres de Grillemont à Lanvallay.

– Aussi leurs parents à tous deux seront Alain Serizay et Hélène Nicolas ; sieur de Grandschamp terre assise en Dinan. Alain sera avocat au Parlement de Bretagne à Rennes et avocat au présidial de Dinan aussi. Par sa mère Alain Serizay sera le petit-fils de Françoise Marot la propre tante de Jean Marot sieur du Cheminneuf à la Magdelaine. Alain nait peu après 1554 année en laquelle ses parents l’un à l’autre s’uniront.Alain transporte le pavillon de Grillemont à Pierre son fils aisné puisque celui-ci sieur de la Gastinaye, conseiller du roi, alloué et lieutenant général de la Cour de Dinan, nommera à Lanvallay sa fille Bertranne demoiselle de Grillemont baptisée le 03/09/1634. Epoux de Françoise Lerenc Pierre s’éteindra en 1650 non sans avoir laissé un fils héritier lui aussi nommé Pierre lors de son baptême réalisé le 27/11/1636.

– Pierre Serizay ci-dessus, écuyer, sieur de la Gastinaye, se mariera à Renne le 27/11/1660 à Renée Prioul native de Rennes les parents de celles-ci résidant en cette ville ; Grillemont est alors probablement encore que le simple pavillon de campagne à tourelles. Pierre et Renée sont probablement ceux qui feront réaliser les premiers grands travaux en leur Pavillon et notamment les travaux du jardin et la réalisation du très grand mur délimitant côté rue toute la propriété. De cette union naitra le 30/06/1668 Pierre-Hyacinthe qui suit.

– François-Hacinthe Serizay ci-dessus. Ecuyer et sieur de Grillemont domicilié à Lanvallay, marié le 01/11/1701 à Marie-Julienne de Miniac. Seigneur des Fontenelles dont Pierre-Jan qui suit.

– Pierre-Jean Serizay Serizay ci-dessus, messire et sieur de Grillemont et époux de Marie Jonchée dont Pierre-Clément qui suit.

– Pierre-Clément Serizay ci-dessus seigneur de Grillemont né au chateau de Grillemont. Il épouse le 27/06/1786 Marie-Magdeleine Gardin de la Chenaye ; il fut capitaine des Dragons et chevalier de l’Ordre de Saint-Louis. Il décède à Dinan le 28/02/1826 dont Pierre et Clémentine Serizay qui suivent.

– Pierre Serizay ci-dessus. Seigneur de Grillemont ; il épousa, le 22/07/1822, Marie-Françoise Lanjourbaut de la Plochère. Père du suivant.

– Clémentine Serizay frère de Pierre ci-dessus. Elle épousa en 1824 à Lanvallay Adrien-Marie-Joseph Urvoy de Saint-Mirel lequel fut anoblit par lettres patentes le 30/03/1816. Ancestres de la famille actuelle des Le Fer de la Gervinay de Grillemont. Père et mère de Clémentine-Marie ci-dessous.

– Pierre-Louis Serizay fils de Pierre ci-dessus et neveu de Clémentine ci-dessus. Né le 23/05/1848. Seigneur de Grillemont il épousa Caroline-Marie-Emma Guerin ; il est peut-être avec sa cousine Clémentine l’auteur de l’échange qui eu lieu entre Grillemont/Nourrais. Parents des suivants.

-Pierre-Raoul Serizay et Artur Joseph Seizay nés vers 1850 et fils des précédents. Avec eux deux semble devoir définitivement s’éteindre la branche directe de Serizay de Grillemont.

-Clémentine-Marie Urvoit de Saint-Mirel * Hyppolite-Marie Lefer de la Gervinais. Né en 1820, Conseiller municipal de Léhon de 1870 à 1885 il est originaire de Saint-Malo, il réside au manoir de la Nourais en Léhon bien de feux des beau-parents avant de prendre possession de Grillemont. Conseiller municipal de Lehon (échange supposé Grillemont-La Nourrais).

-Ferdinand-Marie le Fer de la Gervinais * Jeanne-Marguerite Brunet du Guillier. Fils des précédents né vers 1850. 1er adjoint de Léhon en 1886, élu maire de Léhon le 17/06/1888 c’est lui qui signera l’acte municipal qui ordonnera la démolition de l’église paroissiale de Lehon. Il semble devoir récupérer la Nourrais aux décès de Pierre-Raoul Serizay et Artur Joseph Serizay ci-dessus cités.

-Fernand Le Fer de la Gervinais né en 1874 et décédé au château de Grillemont le 30/11/1919.

-Ferdinand Le Fer de la Gervinais * N. Lescanne. Né vers 1900 et possesseur de la Nourais en Léhon ; propriétaire aussi de Grillemont et de la métairie du Réhanet.

-N.Le Fer de la Gervinais née en 1925 * N.Aimé général dans l’armée. Madame Aimé deviendra seule propriétaire du château après la division des biens hérités sa soeur aînée ayant pour elle notamment le Rehanet.

Peut être une image de nature
La Vieille rivière et le château de Grillemont.
Peut être de l’art
Vers 1850. Le chantier à bateau et le château de Grillemont.
A noter pour celui-ci, ici à sa gauche immédiate, dans ce qui est aujourd’hui les jardin, un autre corps de logis de nos jours entièrement disparu. .

Peut être une image de carte et texte qui dit ’Hallerais Vague 1811) Roberdais Chouanière (1811) Landeboulou chemin Landeboulou Ménardais Cornican Isle dela Courbure Taden Réhanet Vieille VieilleRvière chemin Vignes Vallée Salles tplaisir 'Ancin Champs- Champs-Galais Route Redoute Clos Samsonnais Bourg Bourgde anvallay Route Route’
1844. Le château de Grillemont au dessus du méandre de la Vieille rivière. Travail cadastral personnel…

Peut être une image de carte et texte qui dit ’Touche nardais Cornican chapelle Grillemont la Courbure le rocher d'Alcaïs aden Beaudouin ruisseau N Réhanet’
Vers 1800 avant le percement du rocher…travail de reconstitution personnel.

Peut être une image de nature et étendue d’eau
Tout début XX siècle. Le vieux lavoir du château de Grillemont alors assis en une parcelle « privative » relevant du château.

Liste parcellaire des terres : N° parcellaire – Nom de la Parcelle – Nature de la dite parcelle

3 et 4 : le Clos Duran. Pré et terre labourable                                        

 8 et 9 : le Marais. Terres labourables                                                     

14      : Futaie. La Chenaie                                                                                    

19      : La Chouanière. Courtil                                                               

21      : la Chouanière. Maison                                                               

22      : la Chouanière. Masure                                                               

23      : le Petit Domaine                                                                      

24      : la Chesnaie. Pature                                                                   

25      : la Chesnaie. Pature                                                                                

26      : Landeboulou. Maison                                                                

27      : Colombier. Bâtiment                                                                   

28      : le Jardin. Courtil                                                                        

32       : le Closset. Terre labourable                                                        

34       : le Domaine. Terre labourable                                                      

35      : le Domaine. Landes                                                                   

37      : le Rocherel. Terre labourable                                                       

39      : la Petite Moussaye. Terre labourable                                           

43      : les Vaux.Futaies                                                               

44      : les Vaux. Futaie                                                                        

45      : les Vaux. Futaie                                                                        

51      : le Tertre aux Bergères. Landes                                                            

53      : le tertre aux Bergères. Terre labourable                                       

56      : le Tertre aux Bergères. Terre labourable                                      

62      : la Fontenelle. Terre labourable                                                   

64      : la Fontenelle. Terre labourable                                                   

67      : le Faux. Terre labourable                                                           

69      : le Faux. Terre labourable                                                           

77      : les Nouettes. Terre labourable                                                    

82      : les Nouettes. Terre labourables                                                  

86      : le Clos Guimbert. Terre labourable                                             

87      : le Clos Guimbert. Pâture                                                            

88      : le Clos Guimbert. Futaie                                                            

91      : le Bignon. Terre labourable                                                        

93      : la Lande des Tranchais. Futaie                                                    

95      : la Vallée des Lochues. Terre labourable                                       

96      : la Vallée des Lochues. Landes                                                    

97      : la Vallée des Tronchais. Terre labourable                                     

98      : la Vallée des Tronchais. Pré                                                        

99      : la Vallée des Tronchais. Landes                                                  

100    : les Petits Echaussés. Terre labourable                                         

101    : les Garennes. Terre labourable                                                   

102    : les Champs Chenais. Terre labourable                                         

106    : les Champs Chenais. Terre labourable                                         

109    : l’Epine. Terre labourable                                                            

112    : l’Epine. Terre labourable                                                            

116    : le Lizerait. Terre labourable                                                        

117    : le Clos Tremereuc. Terre labourable                                            

118    : le Clos de la Fontaine. Terre labourable                                       

119    : le Jardin de Cornican. Courtil                                                     

120    : le Doué de Cornican. Pré                                                           

121    : Cornican. Maison                                                                      

122    : le Petit jradin de Derrière. Pré                                                    

124    : la Châteigneuraie. Futaie                                                            

125    : l’Entée au Domaine de Grillemont. Terre labourable                      

126    : le Domaine. Terre labourable                                                     

127    : le Plessis sur la Vallée. Pré                                                         

129    : la Campagne de la Landeboulou. Terre labourable                        

132    : la Campagne de la Landeboulou. Terre labourable                        

142    : le Grand Courtil. Terre labourable                                               

146    : le Grand Courtil. Courtil                                                             

 155    : le Bâtiment des Rues. Courtils                                                    

156    : le Jardins des Planches. Courtils                                                 

157    : le Jardin de Derrière. Courtil                                                      

158    : le Jardin de Derrière. Courtil                                                      

160    : la Cour Durand. Masure                                                             

162    : la Cour Durand. Maison                                                             

167    : la Cour Durand. Courtil                                                              

171    : les Planches. Courtil                                                                  

172    : les Planches. Courtil                                                                  

174    : le Jardin de Derrière. Courtil                                                      

176    : le Limonet. Maison                                                                    

177    : le Limonet. Maison                                                                    

178    : le Limonet. Bâtiment                                                                 

180    : le Jardin de la Solizerais. Courtil                                                 

191    : la Vigne. Terre labourable                                                          

216    : le Marais de la Courbure. Pré                                                      

 218    : le Marais de la Courbure. Terre labourable                                   

219    : les Bruyères. Futaie                                                                   

 220    : les Bruyères. Terre labourable.                                                   

 221    : le Veau de le Fart de Mély. Terre labourable                                 

 222    : le Veau de le Fart de Mély. Futaie                                          

223    : le Vallet. Pré                                                                             

 224    : le Petit Verger de Grillemont. Courtil                                           

 225    : le Château. Maison                                                                    

226    : le Jardin. Jardin                                                                        

227    : le Verger du Jardin. Terre labourable                                          

228    : le Jardin de Derrière. Courtil                                                      

 229    : le Rehanet. Maison                                                                    

231    : le Courtil. Courtil                                                                       

232    : la Vallée sur Léphard. Pré                                                          

233    : le Grand Jardin. Courtil                                                              

234    : le Rehanet. Maison                                                                    

235    : le Petit Jardin. Courtil                                                                

236    : le Closset. Terre labourable                                                        

237    : le Pré de la Noë. Pré                                                                  

 238    : la Vallée de Combette. Futaie                                                     

239    : le Clos Suzin. Terre labourable                                                   

240    : le Taillis du Réhanet. Taillis                                                        

262    : le Bois de Jannais. Taillis                                                           

 263    : les Grndes Jannais. Terre labourable                                           

273    : le Verger. Terre labourable                                                        

274    : les Barrières. Terre labourable                                                    

275    : la Chateigneraie. Forêt                                                               

276    : la Chaussée.Pâture                                                               

277 et 278 : le Pré de l’Etang. Pré                                                          

279    : la Samsonnaye. Maison                                                              

280    : le Vivier. Pièce d’eau                                                                  

281    : Laveaue. Pré                                                                           

282    : le Petit Jardin. Culture                                                               

283    : le Grand Jardin. Jardin                                                              

 284    : la Pépinière. Terre labourable                                                     

285    : le Clos du Colombier. Terre labourable                                        

 286    : le Colombier. Bâtiment                                                              

287    : la Rabine. Forêt                                                                        

288    : les Murailles. Terre labourable                                                    

289    : le Clos Rose. Terre labourable                                                    

290    : les Champsgerard. Terre labourable                                            

291 à 294: les Grands Prés. Terres labourables                                        

296    : le Pré Juhel. Terre labourable                                                     

297    : le Pré Pourri. Lande                                                                   

298 et 299 : le Clos des Abreuvoirs. Pâtures                                            

300    : le Vieux Chanvre. Pâture                                                            

301    : la Petite Jaunaie. Terre labourable                                              

302    : la Petite Jaunaie. Lande                                                             

303    : la Petite jaunaie. Taillis                                                              

304    : les Viollettes. Futaie                                                                   

305    : le Clos Devant. Terre labourable                                                 

308    : le Clos de la Perche. Terre labourable                                          

309    : le Chmap de l’Orme. Terre labourable                                         

310    : le Clos des Poiriers. Terre labourable                                          

311    : la Cour Bregeens. Terre labourable                                             

 312    : les Champs Mingués. Terre labourable                                        

313    : L’Auchette. Terre labourable                                                       

314    : le Champs Guillaume Thomas. Terre labourable                           

315    : le Clos Hezoir. Terre labourable                                                  

316    : les Moulinets. Terre labourable                                                   

 317    : L’Ecobe. Terre labourable                                                           

318    : la Pâture au Cheval. Terre labourable                                          

 319    : le Clos de Pelineuc. Terre labourable                                           

320    : le Clos des Lavoirs. Terre labourable                                           

321    : la Janaie de Pelineuc. Terre labourable                                        

322    : le Grand Clos de l’Hôtel. Terre labourable                                    

323    : le Petit Clos de l’Hôtel. Terre labourable                                      

324    : le Jausset long. Terre labourable                                                

325    : les Rocheriaux. Terre labourable                                                 

326    : les Grands Langerais. Terre labourable                                        

327    : les Petits Langerais. Terre labouranle                                          

328    : les Langerais. Terre labourable                                                   

330    : la Grande …Forêt                                                                      

331    : la Clé aux trois Cornières. Lande                                                 

332-333 : le Grand Clos des Landes. Terre labourabl e et pâture               

334    : le Petit Clos des Landes. Terre labourable.                                   

335    : le Clos des Vignes. Terre labourable                                            

377-378 : la Prière.

%d blogueurs aiment cette page :