Le ruisseau des Epinettes et le moulin à vent du Gué Parfond.

XVIII et tout début XIX siècles.

Peut être une image de herbe, arbre et nature
Le lieu dit le Gué
Aucune description de photo disponible.
Implantation du moulin du Gué Parfond au Gué

Le ruisseau des Epinettes et le moulin à vent du Gué Parfond.

Au hameau du Gué Parfond cette butte, ou ce promontoire, sur les seconds plans cadastraux de 1844 sera implantée et dénommée : le Gué. Sur ce dôme sera encore présent en 1811 un grand moulin à vent lequel servira de points de visée par les géomètres cadastraux pour leurs propres triangulations. Ce moulin représenté ou dessiné sur ces premiers plans, plans eux réalisés en 1811 en effet, sera dénommé : le moulin du Gué Parfond. Ce grand moulin à vent disparaîtra entre 1811 et 1844.

Le Gué possèdera en son contrebas profond un second moulin, un moulin à eau cette fois qui lui en 1855 était alors toujours et encore présent alimenté qu’il était par son ruisseau descendant depuis les terres, hier encore seigneuriales, du château de la Vairie; ce moulin est très probablement ce qui fut hier « le moulin de la Begassière » assis sur les terres de Saint-Helen.

La Vairie en 1844 est aussi le berceau d’un second ruisseau, celui des Epinettes ce dernier en 1811 prenant son élan depuis le grand bassin d’eau du château lui même alimenté depuis la source du Gué Parfond. Le ruisseau des Epinettes partant à l’inverse, vers la lande du Mezeray, à l’opposé du Gué Parfond, descend lui aussi vers la rivière.

S’enfonçant en la terre au dessus de sa mare le ruisseau des Epinettes semble devoir alimenter en souterrain l’ancienne fontaine Barre avant de rejaillir de terre à la sortie du Mezeray; là il reprend sa descente aérienne en prenant le nom de : le ruisseau de la Mare Potier. Passant au dernière de l’ancien noble manoir de Bois-Fougère il retombe dans le Gué Parfond aux Emplats non sans avoir reçu en amont, dans son propre cours les eaux jaillissantes du ruisseau de la fontaine des Aulais.

Saint-Solen fut donc en 1811 détentrice d’un moulin à vent…à l’image de Lanvallay qui lui aussi moulin à vent il posséda ; celui-ci était aux Rochers.

Ces deux moulins, il y a bien longtemps déjà, ont tous deux entièrement disparus…et cela avant même que naisse 1844 !

Aucune description de photo disponible.
En face du hameau du Gué Parfond est  le château de la Vairie ; et en son bassin nait le ruisseau des épinettes. 

%d blogueurs aiment cette page :